.
 

Partagez|
MessageSujet: Au bord de la falaise ft. Eilyan Jeu 23 Juin - 15:13
Nell Haworth
Au bord de la falaise.

ft. Eilyan Ravinstara

Je me réveillai dans mon appartement aux côtés d’un garçon dont j’ignorais le nom. Je devais avoir un peu trop bu la veille je suppose. Ce n’était pas grave, l’autre savait très bien à quoi s’attendre avec moi, j’avais mis les choses au clair dès le début. Je pris une douche rapide et m’habilla de façon simple, une chemise blanche et un pantalon noir qui mettait bien mes fesses en valeur. Peut être qu’aujourd’hui je trouverais une autre conquête. Le dernier en date, celui qui trainait toujours dans mon lit, n’était pas le meilleur que j’ai connu. Il n’était pas non plus particulièrement mignon. Une fois habillé, je lui laissais un mot disant de claquer la porte en partant. Il pouvait bien voler quelque chose si cela lui chantait, j’avais de quoi me racheter ce que je voulais de toute façon.

J’errais en ville, ne sachant trop où aller. J’étais arrivé il n’y a pas si longtemps que ça et je ne connaissais pas encore les environs. Il faisait beau et chaud, aussi les gens étaient de sortie aujourd’hui. Ça m’embêtait. Je n’aimais pas me retrouver entouré de pleins de monde. C’était oppressant et très désagréable. Depuis tout petit je me tapais des galas et autres bals ou quoi, je n’ai jamais aimé ça, mais mon rang l’obligeais. Les relations sociales étaient très importantes selon mes parents. Mais ils ont vite abandonnés lorsque j’ai commencé à grandir. Je décidai de m’aventurer dans un endroit où il y avait moins de personnes. Une fois dans un endroit vide de monde, je déployais mes ailes et m’envola.

J’aimais la sensation de sentir l’air dans mes cheveux et sur mon visage. C’était pratique d’être un ange tout de même. Cela avait pleins d’avantage. Je profitais de ma petite ballade aérienne quand je repérai un coin tranquille et qui avait l’air tout aussi magnifique que moi. Il y avait un ensemble de petites falaises qui donnaient sur la mer. Je me posai sur la plus haute d’entres elles. La vue était à couper le souffle. On avait un panoramique sur toute la mer et les plages. Je m’allongeais et mis de la musique sur mon portable. Je me laissais bercer par la douce mélodie d’une chanson française et je fermais les yeux.

Depuis que j’étais arrivé sur cette île, j’avais déjà rencontré pas mal de garçon. On peut dire que la rumeur que j’avais entendue était vraie. La pluparts d’entre eux était vraiment beaux. Mais je restais tout de même le plus beau d’entre tous. Il y avait très peu d’humains et c’était reposant, je pouvais me laisser aller tranquillement ici. Cela n’étonnait personne de voir des ailes ou quoi.

Je commençais presque à m’endormir lorsque j’entendis un bruit prêt de moi. Qu’est-ce qui osa troubler mon moment de détente ? Quoi que ce soit, il allait mal finir, sauf si c’était seulement le vent bien sûr. Mais ce n’était pas le vent. Je me redressais et chercha la cause de ce bruit. Juste à ma droite, il y avait un garçon. Ou plutôt un gamin. Il avait l’air d’avoir environ 12 ans. Enfin je devais sûrement exagérer un peu. Mais plus étonnant on aurait dit une fille. Si je ne savais pas que sur cette île il y avait que des garçons, je me serais sûrement trompé sur son genre. Il avait la peau très pâle, un peu comme moi et de longs, très longs, cheveux blonds. Même son regard était enfantin. Décidemment je me demandais ce qu’il fichait ici.

~ Eh gamin, tu ne devrais pas traîner ici. Dégage.

Je n’avais pas été agréable du tout, mais je m’en fichais. Ce gamin n’avait rien à faire ici. En plus il troublait mon beau moment de paix. Il avait beau être mignon, les gosses ne m’intéressaient pas.
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 20/06/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au bord de la falaise ft. Eilyan Jeu 23 Juin - 17:47
Eilyan Ravinstara

Perdu, perdu, perdu... C'est le stress total, je ne sais plus où est mon appartement, je ne sais pas où je vais. Ça fait du bien tout comme ça m'inquiète. Il fait beau, les températures sont clémentes, ça relève la beauté des bâtiments et des paysages alentours. En revanche, ça ne met pas franchement en valeur ceux qui supportent mal la chaleur. Les gens sont nombreux, sûrement profitent-ils de cette belle journée. Je veux profiter aussi, c'est pour cela que je suis sorti. Bien qu'il n'y ait plus d'entraves à ma liberté, être ainsi jeté à la solitude me terrifie. Je suis sorti, mais je ne sais pas quoi faire. Tout m'intéresse, tout me captive. Je veux entrer dans tous les bâtiments et parler à toutes les personnes que je croise. Mais le monde est partout, me dissuadant ainsi d'entrer dans beaucoup de commerces. Un autre jour, où les rues seront plus calmes, je me risquerai à l'intérieur.

Je ne sais pas ce que l'on trouve dans les bâtiments, et si n'importe qui peut y entrer, mais ça me rend très curieux. Comme les personnes que je croise depuis tout à l'heure. Elles sont si différentes les unes des autres ! C'est beau, ça me donne envie de tous leur parler pour comprendre également leurs différences intérieures. Si dans les livres, les personnages ont chacun un caractère bien défini, je n'ai pas le pouvoir d’interagir avec eux. Ici, je le peux ! Enfin, je peux parler avec des gens réels, pas discuter avec mes personnages de romans préférés. J'ai fais la connaissance de quelques personnes, mais je ne connais pas leurs noms. Ce n'était que de courtes phrases échangées, le tout sans profondeur et sans engagement. Ça me convient tout à fait, car je ne sais pas où donner de la tête pour l'instant. Je ne sais toujours pas où je vais.

Plus j'avance, plus la population se raréfie. Les bâtiments laissent place à la nature sauvage, quoique l'empreinte des hommes se ressent sur les terres. C'est magnifique ! Et je ne suis pas au bout de mes surprises. N'importe quelle plante, arbuste, arbre, fleur, m'intéresse. Inutile de préciser que ça ralentit largement ma progression, je prends de nombreuses minutes en plus pour parcourir un petit bout de chemin. Je ne croise plus personne au bout d'un moment. J'en voyais jusqu'à peu, puis le vide s'est fait. Ce n'est pas plus mal, le stress s'est légèrement estompé sans pour autant me quitter. La nature plus présente est plus agréable pour mes pieds nus, j'ai oublié de m'encombrer de chaussures alors que je quittais l'appartement. Je ne regrette pas, le contact de l'herbe est doux, meilleur que celui de l'asphalte, ça change énormément du sol de la maison.

J'arrive à un lieu sublime, qui surplombe la mer et des étendus jaunes de sa grande auteur. Ce sont des falaises, je crois... Je ne suis pas très sur du nom, tout comme j'étais incertain pour les commerces. Je choisis de m'aventurer sur la plus haute, histoire d'avoir la plus belle vue. L'endroit semble parfait pour utiliser mes ailes, pour enfin voler avec... Comment m'y prendre ? Toute chute est impardonnable. Mes questions cessent dans l'immédiat, j'ai repéré quelqu'un. Le stress réapparaît, mais il ne m'empêche pas d'approcher l'individu qui semble dormir. Ou alors il est mort ?! C'est parfois comme ça qu'on découvre les cadavres, dans les livres ! Paniqué, je m'approche rapidement pour l'observer. Il n'est pas mort, il se redresse en m'entendant. Et il me parle. Sur un ton qui n'a rien de sympathique, qui accompagne des paroles que je ne souhaitais pas entendre.

Sans comprendre la raison de son mécontentement, je reste le fixer. Pourquoi m'a-t-il dit ça ? C'est dangereux ? On y trouve des bêtes sauvages ? Faisant fi de son ton désagréable, je m'approche encore plus près de lui. L'excitation de parler à quelqu'un trouble mes capacités d'analyse déjà endommagées.

« Qu'est-ce qu'il y a ? C'est bien des falaises ? Oh, tu as quel âge ? Tu m'as appelé gamin mais j'ai l'impression qu'on est pas si éloigné ! C'est magnifique comme lieu, pourquoi tu regardais le ciel plutôt que la mer ? Tu penses qu'on peut descendre d'ici pour rejoindre le truc jaune en contrebas ? J'aimerais beaucoup voir la mer de plus près. Tu t'appelles comment ? Tu vis ici depuis longtemps ? Et tu vivais où avant ? »

Je ne le lâche pas des yeux tandis que je le harcèle avec mes questions, n'ayant absolument pas remarqué mes ailes sorties sous le coup de l'enthousiasme. Je reprends mon souffle un instant, à la recherche des prochaines questions que je lui poserai. Il m'a demandé de dégager, mais je l'ai totalement oublié.
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 19/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au bord de la falaise ft. Eilyan Jeu 23 Juin - 19:20
Nell Haworth
Au bord de la falaise.

ft. Eilyan Ravinstara

Le gamin continuait de me fixer avec son regard enfantin. C’était très agaçant. J’en profitais pour le regarder plus en détail. Il avait vraiment des traits fin. Il ressemble vraiment à s’y méprendre à une fille. Et puis ses cheveux long.. Ils étaient vraiment beaux, ça me donnaient envie de passer la main dedans. J’adorais les cheveux. Ça faisait tout chez un homme. Les longs ne sont pas ma came habituellement, mais sur lui ça allait. Mais je restais persuadé que des cheveux courts lui donneraient un air plus mature. J’étais perdu dans mes pensées sur ses cheveux lorsqu’il me surprit avec une avalanche de questions.

~ Qu’est-ce qu’il ya ? C’est bien des falaises ? Oh, tu as quel âge ? Tu m’as appelé gamin mais j’ai l’impression qu’on est pas si éloigné ! C’est magnifique comme lieu, pourquoi tu regardais le ciel plutôt que la mer ? Tu penses qu’on peut descendre d’ici pour rejoindre le truc jaune en contrebas ? J’aimerais beaucoup voir la mer de plus près. Tu t’appelles comment ? Tu vis ici depuis longtemps ? Et tu vivais où avant ?

Mon dieu qu’il était agaçant celui-là ! En plus, il avait fait sortir ses ailes en parlant. Il ne semblait même pas s’en être rendu compte cet idiot. Ainsi c’était donc un ange aussi. Mon dieu, si les anges étaient tous comme lui, la race serait vraiment prise pour la plus nulle au monde. Je fis une petite liste mentale des questions qu’il m’avait posées. Heureusement j’avais une bonne mémoire.

D’abord la première « Qu’est-ce qu’il y a ? ». Il y avait qu’il m’avait dérangé en plein moment de tranquillité ! Il ne s’en rendait pas compte ou quoi ? Vraiment bizarre ce gosse. Ensuite il demandait si c’était bien des falaises. Nan mais sérieusement, j’ai jamais vu une question plus débile que celle là. Bien sûre que ce sont des falaises, ce n’est pas une forêt ça se voyait quand même. Bon, question suivante. L’âge que j’ai hein.. Sûrement plus que lui, même si lui n’en semblait pas certain. La quatrième question me prit un peu de cours, pourquoi je regardais le ciel ? Je ne savais pas, j’ai toujours aimé le ciel, les endroits en hauteur et tout ça. Sûrement parce que je suis un ange, enfin je ne sais pas.. Je ne me suis jamais vraiment posé la question. Et puis enfin, il voulait savoir comment il s’appelait et s’il vivait ici depuis longtemps, et d’où il venait avant. Bref, trop de questions.

J’en avais déjà marre de ce gosse. Mais je décidais pour autant de ne pas l’envoyer balader une seconde fois.  Ça pouvait faire une bonne distraction en fin de compte. Bon ce gosse, par contre, ne pourrait pas me satisfaire sexuellement. C’était dommage. Bref. Je décidais d’être gentil et de répondre à ses questions.

~ Bien sûr que ce sont des falaises, t’es stupide ou quoi ? J’ai 18 ans, ça m’étonnerait qu’on ait le même âge. Je regarde le ciel parce que j’en ai envie c’est tout. Bien sûr qu’on peut descendre. T’as des ailes non ? Elles te servent à quoi ? Je m’appelle Nell Haworth et toi ?

Je pris une petite pause avant de répondre à ses deux dernières questions. Parler autant n’était pas dans mes habitudes. J’en avais déjà marre. Mais je me fis violence pour continuer à répondre avec le sourire le plus parfait possible.

~ Non je suis pas ici depuis longtemps. Je vivais à Paris en France. Et toi alors ? Parles moi de toi un peu.

Ecouter, ça, je savais faire. C’était comme ça que je cernais les gens, que je les analysais pour comprendre comment ils fonctionnaient. Pour l’instant ce gosse, je le voyais comme un gamin qui ne comprenait rien à la vie. On aurait dit un enfant qui découvrait le monde. C’était… Intéressant. Je pourrais peut être en faire ce que je voulais. Mais je n’étais pas assez vicieux pour ça. Enfin je crois.

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 20/06/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au bord de la falaise ft. Eilyan Mar 2 Aoû - 21:50
Eilyan Ravinstara

Comme je suis content qu'il réponde à mes questions ! Ça me rend tellement heureux que je ne vois même pas si ça le dérange, et je ne relève pas le « t'es stupide ou quoi ? ». Cette question ne m'étonne pas, il ne peut pas savoir à quel point tout cela est nouveau pour moi. Cependant, il aurait pu être un peu plus délicat. Pareil sur sa remarque concernant nos âges... C'est blessant, mais je ne me focalise pas là-dessus. Il me répond, il me donne des éléments sur lui et l'environnement ! C'est génial ! Alors, seulement pour ça, je ne vais rien dire de ce qui me dérange. Ce sera vite oublié, il n'a pas l'air méchant. Pourquoi le serait-il ?

J'écoute attentivement tout ce qu'il peut me dire. Que les informations soient utiles ou non, je l'écoute. Il est la première personne à qui je parle réellement, c'est un événement énorme dans ma petite tête. Nell Haworth, 18 ans, qui vient de Paris. De Paris ! Cette ville est décrite de bien des manières dans les livres, j'aimerais tellement la voir ! Ça soulève d'autres questions. Bon sang, comme c'est dur de ne rien dire tant qu'il parle. Je m'agite un peu, puis quand il arrête de parler, je ne dis rien. Tout ce que je veux dire se mélange, c'est pénible. J'organise mes pensées, reprends mon souffle, et déballe tout.

« Les falaises sont toutes aussi grandes ? Tu en as vu beaucoup dans ta vie ? Je ne suis pas stupide, je n'en avais jamais vu avant ! Et tu as raison, nous n'avons pas le même âge... Je suis plus vieux ! On ne dirait vraiment pas. C'est dingue cette variété, tu ne trouves pas ? … Mes ailes ? Elles... J'apprendrai à m'en servir... »

Je ne sais pas comment, mais j'arriverai à m'en servir un jour. A moins qu'elles ne soient pas faites pour voler ? Je n'en ai aucune idée.

« Nell... Enchanté Nell ! Je suis Eilyan Ravinstara. »

Là-dessus, je mélange toutes les convention sociales que j'ai pu apprendre dans les livres. Je lui serre la main, le serre dans mes bras, m'incline, lui fais la bise... Il y en a bien une qui correspondra. Ou alors, il faut faire cet enchaînement tout le temps... Il me le dira peut-être. Sinon, je poserai la question.

« C'est comment Paris ? C'est aussi beau que dans les livres ? Tu es déjà allé tout en haut de la Tour Eiffel ? Et le Louvre ! C'est grand ? C'est joli ? Il y a autant de monde qu'on le dit dans cette ville ? C'est vrai qu'on trouve beaucoup d'asiatiques qui prennent beaucoup de photos ? Ça éblouit pas trop ? Ne t'en fais pas, je vais répondre à ta question ! Cela dit, je n'ai pas grand chose à te dire... Je viens d'Irlande, de Galway. Et maintenant je suis ici. Je viens tout juste d'arriver, c'est un vrai changement ! En tout cas, c'est très gentil de ta part de répondre à mes questions. Ça ne te dérange pas ? Et dis ! Tu connais des gens ici ? Même si tu n'es pas là depuis longtemps, peut-être as-tu rencontré des personnes. »

Je suis loin de me douter que toutes mes questions peuvent l'énerver, je suis beaucoup trop enthousiaste et content de cette situation. Pourvu que ça dure. Je n'ai pas trop parlé de moi, je n'en voyais pas l'utilité. Ma curiosité a largement pris le dessus, et ce depuis longtemps.
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 19/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au bord de la falaise ft. Eilyan Mar 2 Aoû - 22:33
Nell Haworth
Au bord de la falaise.

ft. Eilyan Ravinstara

A peine j'ai terminé de parler que ce gosse prend une bouffée d'air et se met à déblatérer un tas de trucs. Alor, de ce que j'ai compris, il n'a jamais vu de falaise, il est plus vieux que moi, et il ne sait pas encore voler. C'est très... Bizarre. Ce gars est carrément un ovni. Je ne sais pas encore si je vais raiment répondre à ses questions. J'ai déjà assez parler tout à l'heure. Et puis il me semble que ce gosse peut parler pour deux de toute façon.

~ Nell... Enchanté Nell ! Je suis Eilyan Ravinstara.

Eilyan, un nom vraiment étrange en plus, ça n'arrange pas son cas. Et puis qu'est-ce qu'il fait ? Il me serre d'abord la main, je trouve déjà ça bizarre, mais le pire est à venir. Il me prend dans ses bras. Là, je me crispe et reste scotché sur place pendant que lui s'incline puis me fais la bise. Je ne sais pas quoi dire. Je suis tellement surpris que je ne fais rien.

Puis lorsque je reprends mes esprits, j'éclate de rire. Ça faisait longtemps que je n'avais pas rigolé comme ça. Ce gamin, même si il est plus vieux que moi, ça reste un gamin, me fait bien rire. Malheureusement ma joie est de courte durée lorsqu'il revient à la charge avec un flot de questions.

~ C'est comment Paris ? C'est aussi beau que dans les livres ? Tu es déjà allé tout en haut de la Tour Eiffel ? Et le Louvre ! C'est grand ? C'est joli ? Il y a autant de monde qu'on le dit dans cette ville ? C'est vrai qu'on trouve beaucoup d'asiatiques qui prennent beaucoup de photos ? Ça éblouit pas trop ? Ne t'en fais pas, je vais répondre à ta question ! Cela dit, je n'ai pas grand chose à te dire... Je viens d'Irlande, de Galway. Et maintenant je suis ici. Je viens tout juste d'arriver, c'est un vrai changement ! En tout cas, c'est très gentil de ta part de répondre à mes questions. Ça ne te dérange pas ? Et dis ! Tu connais des gens ici ? Même si tu n'es pas là depuis longtemps, peut-être as-tu rencontré des personnes.

Bon dieu, ce qu'il est énervant à vouloir toujours tout savoir. Il a vécu dans une grotte ou quoi ? Bon je veux bien être gentil cinq minutes, mais parler, je n'aime pas trop ça, donc il va devoir se calmer un peu là. Il dit qu'il vient d'Irland, peut être qu'il vient de la capagne et qu'il n'a jamais rien connu d'autre. Je ne sais pas, ça me parait complètement surréaliste à moi.

~ Calme toi tu veux ? Je veux bien répondre à quelques questions, mais je n'aime pas ça. En gros, Paris c'est génial voilà. J'ai rencontré quelques personne lors de soirées mais c'est tout. Comment ça se fait que tu ne puisse pas voler ?

Bon voilà, j'avais fait du mieux que je pouvais. C'était pas trop mal non ? Mais cette histoire d'aile me perturbe vraiment. Je n'ai jamais rencontré un ange qui ne savait pas voler. C'est dans notre nature pourtant. C'est vraiment un extraterrestre cet Eilyan.

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 20/06/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au bord de la falaise ft. Eilyan Mer 3 Aoû - 0:20
Eilyan Ravinstara

Hm... Il semblerait que je me sois trompé concernant la salutation... Mes doutes s'accroissent lorsqu'il éclate de rire. Ça m'inquiète, j'y réfléchis sérieusement en attendant sa réponse. J'y réfléchis tellement que sa réponse beaucoup trop courte ne me dérange pas. Pour l'instant. C'est stressant, et ça me donne envie de pleurer tant ça me triture les méninges. Il doit absolument me dire ce qui est recommandé pour les rencontres comme ça. Ça me stresserait encore plus si je devais me retrouver dans une situation similaire sans plus d'armes en main. Je lui poserai la question, c'est certain. En parlant de question, il ne répond pas vraiment aux miennes ! « Quelques questions », il est radin ! Il a dit ne pas aimer ça, c'est compréhensible. Mais pas satisfaisant à mon sens.

Il a beaucoup trop résumé. Je fais la moue, le fixe un instant. J'essaie de relativiser, mais ça me déçoit tellement ! Après un instant à bouder sa réaction, je recommence à sourire. Il répondra à d'autres questions !

« C'est génial comment ? Tu n'as pas répondu à mes questions ! Et je peux voler, je suppose... Seulement, la maison n'était pas assez grande pour ça, j'aurais endommagé tous les meubles si j'avais essayé ! »

Je ris, amusé en imaginant ce que ça aurait donné si j'avais essayé. Il y aurait eu de la peinture et des livres partout ! Ça me donne envie de peindre mes ailes, ça pourrait faire joli. Seulement, le faire seul sera compliqué. Malgré mon rire, je n'oublie pas la déception causé par sa maigre réponse.

« Maintenant que je suis ici, je vais pouvoir apprendre à voler ! Tout comme je vais pouvoir découvrir l'extérieur. J'ai hâte ! Au fait, que faut-il faire quand on salut quelqu'un ? Réponds, c'est très important ! Selon les livres, ça varie beaucoup, c'est difficile de savoir ce qui correspond ! Et tu sais voler ? »

Aaaah, j'oublie qu'il n'aime pas les questions ! Ça ne m'aide pas du tout ! Il faut vraiment que je fasse des efforts...

« Mes parents m'ont amené ici en me disant qu'il y aurait des gens aussi bizarres que moi. Cela dit, je ne vois pas ce qu'ils voulaient dire par là, je ne me trouve pas bizarre. Et tu n'as pas l'air bizarre non plus. Tu n'es pas très bavard, c'est tout. »

Ce n'est pas tellement un reproche, c'est une constatation. Je m'étais dit que je parlerais moins, mais je l'oublie décidément trop vite.

« Quels types de personne peut-on trouver ici ? Personnellement, je suis un ange, je crois. Et toi ? »

Je n'en sais absolument rien me concernant, je n'ai jamais pu en rencontrer un, et les descriptions diffèrent selon les livres. Pour mes parents, je suis un putain de piaf, ou tout autre chose de peu sympathique. Je m'efforce de ne plus y penser, et lui souris. Je suis impatient d'entendre sa réponse, pourvu qu'il prenne la peine d'y répondre ! J'estime m'être calmé, ça devrait lui suffire.
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 19/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au bord de la falaise ft. Eilyan Mer 3 Aoû - 14:18
Nell Haworth
Au bord de la falaise.

ft. Eilyan Ravinstara

Eilyan n'a pas m'air d'apprécier que je rigole de lui. Mais bon, il faut dire aussi qu'il l'a un peu cherché. C'était vraiment surprenant la façon dont il m'a salué. Comme un enfant, il ne boude que quelques minutes puis redevient joyeux. Il me repose une question sur Paris. Comment est-ce génial ? Bah difficile à dire, pour moi, c'était génial parce que je passais tout mon temps en soirée ou en boîte et je rentrais chaque soir avec un mec différent. Mais pour un gosse comme lui, je ne vois pas ce qui peut être bien.

Il rigole ensuite après m'avoir dis qu'il aurait endommagé les meubles de sa maison si il avait essayé de voler. Il ne sortait jamais ? Rester enfermé est la pire des choses selon moi, on s'ennuit tellement ! Mais visiblement lui ça ne l'a pas dérangé, mais maintenant il a du retard sur pleins de choses. Surtout niveau relationnel je suppose, si il n'a jamais vu personne...

~ Maintenant que je suis ici, je vais pouvoir apprendre à voler ! Tout comme je vais pouvoir découvrir l'extérieur. J'ai hâte ! Au fait, que faut-il faire quand on salut quelqu'un ? Réponds, c'est très important ! Selon les livres, ça varie beaucoup, c'est difficile de savoir ce qui correspond ! Et tu sais voler ?

Je soupir. Il n'a pas vraiment diminuer les questions et ne s'est pas calmé non plus. Je devais vraiment prendre sur moi pour le supporter. Surtout que j'avais prévu de passer une petite journée tranquille avec juste la musique et moi. Les deux choses les plus importante dans ma vie. J'allais répondre quand il enchaîna encore avec autre chose.

~ Mes parents m'ont amené ici en me disant qu'il y aurait des gens aussi bizarres que moi. Cela dit, je ne vois pas ce qu'ils voulaient dire par là, je ne me trouve pas bizarre. Et tu n'as pas l'air bizarre non plus. Tu n'es pas très bavard, c'est tout.

Pour être bizarre, il était bizarre. Mais pas vraiment méchant, plus comme un mioche qui veut tout savoir. C'était chiant, mais ça avait un minuscule côté mignon. Mais j'avais quand même envie de le baffer.

~ Quels types de personne peut-on trouver ici ? Personnellement, je suis un ange, je crois. Et toi ?

J'attends quelques instant, et alléluia, il ne rajoute pas autre chose. Je passe la main dans mes cheveux si soyeux et je soupir une nouvelle fois. J'allais devoir répondre au moins à la moitié de ses questions sinon il n'allais pas être satisfait, et je suis sûre qu'il m'en posera cent fois plus s'il ne l'est pas.

~ Paris c'est génial parce qu'il y a toujours quelque chose à faire. Tu n'as qu'à y aller un jour si tu veux voir. Bon quand on salut quelqu'un, on dit juste "Bonjour". Du moins c'est ce que j'ai toujours fais. Les autres ils font ce qu'il veulent. Oui je sais voler.

Je me stoppe un peu. Je sent la migraine qui commence à venir. Ce petit au cheveux long allait me rendre dingue. Je me rapproche de lui et lui tire les joues avant de reprendre;

~ Tu es bizarre parce que tu ne sais rien. Et puis ici on peut trouver de tout. Des saloperies de démons (oui je ne les aimes pas trop ceux là), des vampires, des humains, des incubes, des anges enfin de tout quoi. Je suis un ange et tu en es un aussi c'est sûr.


Je lui sourit tout de même. Mon premier vrai sourire depuis le début. Puis une idée me vient à l'esprit. Je me demande si je peux l'aider un peu. A moins lui apprendre à voler avec ma méthode. C'est facile. On se jette dans le vide et normalement l'instinct de survie nous fais voler. C'est comme ça que j'ai appris oi en tout cas. J'espère que ça va marcher pour lui.

~ Je peux t'apprendre à voler si tu veux.

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 20/06/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au bord de la falaise ft. Eilyan
Contenu sponsorisé
Au bord de la falaise ft. Eilyan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un certain bord de mer...
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» A bord du Goeland
» Falaise Trempée
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asae Island :: L'île :: Les falaises-
Sauter vers: